Union européenne
Majalat
Voisinage Sud Méditerranée
Pays européens
Bonne gouvernance et Etat de droit
Dévelopement économique et dialogue social
Justice sociale et climatique
Migration et mobilité
Sécurité et lutte contre les violences
Droits des femmes
Jeunesse

Ce rapport résume les travaux du Forum Société Civile de Bruxelles qui s’est tenu les 2 et 3 décembre 2019. Dans le cadre du dialogue régional structuré entre l’Union européenne (UE) et la société civile de la région sud de la Méditerranée, y ont participé quelque 180 représentants d’Organisations de la société civile (OSC), principalement de la rive sud de la région, et 30 représentants de la Commission européenne.

Ce Forum était le deuxième depuis que l’UE a remis début 2008 l’organisation du processus de dialogue dans les mains des organisations de la société civile (OSC). En amont de ce Forum annuel, un cycle d’ateliers et de séminaires nationaux et régionaux avait été organisé afin de débattre et de dégager un certain nombre de recommandations à intégrer dans le dialogue avec l’UE, en rapport avec les cinq thématiques prioritaires de Majalat : « Bonne gouvernance et Etat de droit », « Sécurité et lutte contre les violences », « Migration et mobilité », « Développement économique et dialogue social, et « justice sociale et climatique ».

Témoignant des riches débats qui ont eu lieu durant le Forum, ce rapport résume les opinions échangées et les points clés des recommandations en rapport avec les préoccupations de la société civile concernant le voisinage sud de l’UE en 2019. Ceux-ci alimenteront le cycle de travail Majalat 2020 et contribueront à approfondir le dialogue entre la société civile et l’UE.

Le Forum Société Civile de Bruxelles s’est déroulé dans un contexte où la Commission européenne négocie et finalise un nouveau cadre financier pluriannuel (CFP) qui fusionne une série d’instruments financiers jusque-là séparés en un grand instrument unique, l’instrument de voisinage, de développement et de coopération internationale (NDICI). Le NDICI était dès lors un sujet important abordé par le Forum, avec des questions sur la manière d’assurer la transparence et la responsabilité dans la gestion du CFP ; mais aussi sur la manière d’assurer des consultations larges et ouvertes avec la société civile dans les phases finales des négociations du CFP ainsi que lors de sa mise en œuvre à partir de 2021.

Le rapport, d’une cinquantaine de pages, se conclut par la nécessité affirmée par les parties prenantes au Forum de renforcer le dialogue structuré, d’assurer un suivi efficace des engagements communs et de soutenir le processus entamé.