Majalat
Maroc
Bonne gouvernance et Etat de droit
Migration et mobilité

Le tribunal de première instance de Nador a condamné 14 migrants, en majorité des Soudanais, à huit mois de prison ferme pour « appartenance à une bande criminelle d'immigration clandestine ».

Poursuivis également pour « outrage à des agents de la force publique pendant l'exercice de leur fonction » et « désobéissance », les migrants avaient été arrêtés le 23 juin dans le massif de Gourougou, forêt où campent des centaines de migrants dans le dénuement le plus total, près de la frontière avec Melilla. Le lendemain de lors arrestation, une tentative massive d'entrée dans l'enclave espagnole avait eu lieu, provoquant la mort de 23 migrants. 

Réagissant au verdict, Omar Naji, membre de la section locale de l'Association marocaine des droits humains (AMDH), a affirmé qu’il s’agit d’un « jugement très dur contre des personnes qui ne cherchent qu'un refuge ».

L’avocat des migrants, MbarekBouiri, a pour sa part annoncé que ses clients comptent faire appel.